Imprimer En savoir plus

picto L'agame aquatique : Physignathus cocincinus

Origine : Asie du Sud Est

Nom latin : Physignathus cocincinus

Famille : AGAMIDÉS

Longévité : 10 ans

Son aire de répartition et son mode de vie lui ont donné un autre nom : le Dragon d’eau chinois

               

C’est le concurrent direct de l’iguane vert. Il est assez comparable à lui quant à son allure générale et ses mœurs. Son intérêt principal réside dans sa taille qui est plus réduite et fait de lui un lézard de compagnie intéressant.


Description :

 

 lézard, de taille moyenne (1 m dont 2/3 de queue) présente une couleur de fond vert olive. La tête, assez massive, est surmontée d’une crête prolongée ensuite par une rangée d’écailles épineuses le long du corps jusqu’à la base de la queue. Cette dernière est aplatie latéralement. Le corps entier est strié de bandes larges transversales plus brunâtres. La face ventrale est orangée et le bord des mandibules plus clair blanc rosée. La femelle, plus petite, n’a pas de crête.


Hébergement :

 

L’agame aquatique est diurne, arboricole et vit toujours près d’un plan d’eau. Un vaste terrarium (200 x 80 x100 cm minimum), un grand bassin occupant la moitié de sa surface, une partie terrestre plantée de quelques arbustes sont nécessaires. Le jour, la température doit atteindre 27 à 29°C, la nuit 22 à 25°C avec une humidité élevée de 80 à 90 %. Une bande opaque de 15 cm doit faire le tour du bac à sa base pour éviter les blessures du rostre lorsque le lézard frappe la vitre pour sortir.


Soins quotidiens :

 

L’humidité importante favorise la prolifération bactérienne, il est donc indispensable de nettoyer fréquemment et de désinfecter régulièrement l’eau du bain et le substrat et le terrarium (1 fois par semaine environ).

Souvent timide et farouche, il nécessite une période d’adaptation de quelques semaines avant de manger correctement. Plutôt omnivore, il consomme insectes (criquets, grillons, blattes, sauterelles) souriceaux et fruits (pomme, banane, raisin, kiwi).


Reproduction :

 

La reproduction en captivité est possible mais difficile à obtenir. C’est une espèce ovipare. La femelle creuse un terrier dans lequel elle dépose 10 à 12 œufs qu’elle recouvre par la suite. Les jeunes sont insectivores.


Voir les autres fiches conseils