Imprimer En savoir plus

picto La santé du chien et du chat âgé - Pourquoi faire un bilan gériatrique ?

Nos animaux de compagnie vivent de plus en plus vieux et nombre de propriétaires sont soucieux de la qualité de vie de leur animal  « senior ».

 

La notion de vieillissement est difficile à définir : ce n’est pas une maladie à proprement parler et il ne se définit pas de la même façon pour tous les individus.

Son  expression est différente d’un animal à l’autre : il s’agit à la fois d’une perte d’adaptabilité de l’animal aux variations de son environnement et de l’installation progressive et insidieuse de certaines altérations des grandes fonctions de l’organisme.

 

En règle générale, on considère qu’un animal devient sénior lorsqu’il atteint le dernier tiers de son espérance de vie.  Cependant chez le chien, l’espérance de vie varie suivant la taille : les chiens de grande race vieillissent plus rapidement que les chiens de petite race (7 ans pour un chien de plus de 45 kg et seulement 10 ans pour un chien de poids inférieur à 15 kg - Voir le tableau ci-dessous).


Tableau de correspondance des âges homme / animal

Qu'appelle-t-on un "bilan gériatrique" ?

 

A partir de l’âge d’entrée en période gériatrique, il importe de surveiller attentivement son animal afin de déceler des symptômes de vieillissement et il est indiqué de réaliser un bilan gériatrique, effectué par votre vétérinaire traitant.

Ce bilan a un double intérêt : il va permettre de déceler très tôt  des altérations des fonctions vitales et d’entreprendre un traitement précoce pour ralentir l’évolution du vieillissement mais aussi, si tout va bien, de fixer pour chaque animal des « normes » individuelles servant par la suite de référence lors de modification (par exemple : valeur habituelle de base du taux d’urée ou de glucose dans le sang).

 

D’un animal à l’autre, les changements constatés ne sont pas identiques : certains sont bénins (apparition de poils blancs) d’autres plus handicapants (apparition de cataracte) ou révélateurs d’une atteinte plus grave pouvant diminuer l’espérance de vie de l’animal (prise de boisson augmentée, toux chronique).


Que recherche-t-on à l'occasion de ce bilan ?

 

Les symptômes à rechercher sont nombreux et très variables. Il peut s’agir :

  • d'une raideur à la marche, de difficultés au relever, ou de boiteries occasionnelles lors d’arthrose,
  • d’augmentation de la soif, de la quantité d’urines lors de diabète, insuffisance rénale ou hépatique,
  • d’augmentation ou diminution  persistante de l’appétit accompagnées ou non de prise ou perte de poids (diabète par exemple),
  • d’altération de la peau ou du pelage (pellicules, peau fine ou épaissie, grasse),
  • de mauvaise haleine ou difficultés à la mastication ou à la prise d’aliments (affections dentaires, douleurs articulaires des maxillaires),
  • de difficultés respiratoires, de toux nocturne ou lors d’effort,
  • de diminution de l’interêt de l’animal pour les activités habituelles, de la perte des apprentissages acquis, d’indifférence envers les familiers ou l’environnement quotidien, de miaulements nocturnes puis incessants chez le chat, de diminution du toilettage (sénescence cérébrale, troubles hormonaux),
  • de l’apparition soudaine ou progressive de nodules mammaires ou cutanés (tumeurs bénignes et malignes),
  • de modifications oculaires : pupille dilatée, opaque, perte soudaine ou progressive de la vision,
  • de troubles digestifs : vomissements diarrhées constipations.

 

Chez le chat, l’arthrose a longtemps été négligée mais elle existe réellement, est douloureuse et se manifeste  souvent par des sauts « ratés »  et une démarche moins « féline » moins souple.

 

Chez les chiennes et chattes non stérilisées, les chaleurs doivent être surveillées et tout écoulement vulvaire anormal doit inciter à consulter, les infections utérines étant très fréquentes.

 

Un bilan gériatrique comprend donc toujours un examen clinique approfondi accompagné d’un bilan biochimique sanguin et  urinaire, éventuellement des radiographies si nécessaire (cœur, poumons, articulations, colonne vertébrale).

En fonction de l’orientation clinique, le bilan peut être complété par d’autres examens complémentaires (échographie prostatique, examen dentaire...). Le bilan est donc réalisé de préférence à jeun et à l'occasion  d’un rendez vous spécifique.


Des traitements peuvent-ils être mis en place ?

 

Les traitements des affections du vieillissement sont nombreux et efficaces s’ils sont entrepris précocement. La "comorbidité" (présence de plusieurs affections simultanées) n’est pas rare et incite à une prise en charge globale et personnalisée en fonction du mode de vie de l’animal, de son tempérament.

Le traitement est souvent à la fois médical, diététique et hygiénique. Toute l’équipe soignante saura vous conseiller.

 

Par exemple, les petits soins (brossages, shampooings, coupe des ongles) ne sont pas à négliger, les sorties plus courtes mais plus fréquentes peuvent être appréciées.

 

De nombreux aliments séniors existent à présent.  Certains sont d’excellente qualité. Il est important de pouvoir raisonner  leur prescription en fonction des affections prédominantes de chaque individu : certains aliments  visent à soulager les articulations, d’autres à favoriser la digestibilité, certains contiennent des anti-oxydants ayant pour but d’améliorer la plasticité cérébrale, d’autres sont utiles en cas d’affection cardiaque, hépatique, rénale.

 

L’éventail des possibilités de traitement est donc très large et nos compagnons d’une vie méritent bien notre surveillance attentive !


Voir les autres fiches conseils